EasyJet poursuivie en justice par une passagère forcée de changer de place dans un vol pour Londres

La compagnie low cost easyJet est dans de beaux draps. Une passagère britanno-israélienne a porté plainte contre la compagnie après avoir dû changer de place à la demande d’un homme ultra-orthodoxe et de son fils. Les deux hommes juifs refusaient d’être assis à côté de la femme à cause de son genre.

Easy Jet Sued Discrimination
La compagnie britannique se retrouve poursuivie en justice pour avoir forcé une femme à changer de place. Photo : easyJet

Melanie Wolfson attaque en justice la compagnie londonienne pour motif de discrimination. Elle a sollicité l’aide du Israel Religious Action Center (IRAC) pour s’occuper du cas.

D’après Haaretz, Meital Arbel de l’IRAC représente la femme de 38 ans. Wolfson exige aussi 19 537 $ (66 438 shekels) de compensation de la part d’easyJet.

Restez informés : Inscrivez-vous à notre résumé quotidien de l’actualité de l’aviation.

Elle a été forcée de changer de siège

Wolfson avait pris un vol de Tel Aviv vers Londres le 10 octobre 2019. Le voyage a commencé à l’aéroport international de Tel Aviv- David Ben Gurion, c’est là que l’incident a eu lieu.

Haaretz explique que Wolfson avait payé des frais supplémentaires pour occuper la place côté couloir. L’homme ultra-orthodoxe et son fils étaient assis respectivement côté fenêtre et au milieu.

Easyjet a320 british london israeli sued discrimination
Melanie Wolfson, 38 ans, a vécu des discriminations sexistes deux fois déjà sur des vols easyJet. Photo : easyJet

Lorsque Wolfson s’est installée, le fils de l’homme s’est levé de son siège et s’est mis à chercher du regard un homme qui pourrait échanger sa place avec elle. Une fois son fils revenu, le père, sans regarder Wolfson, lui a demandé d’échanger sa place avec un homme assis quelques rangées plus loin.

Au départ, Wolfson a refusé de bouger. Un agent de bord aurait proposé une boisson gratuite à la femme si elle acceptait de se conformer à la demande de l’homme. Finalement, Wolfson a accepté pour que le décollage ne soit pas retardé par sa faute. Elle a expliqué à Haaretz que c’était la première fois qu’elle était discriminée à cause de son genre. Elle a déclaré :

“Changer de place ne m’aurait pas posé de problème si cela avait été pour permettre à une famille ou à des amis de s’asseoir ensemble. Mais on m’a demandé de le faire parce que je suis une femme, c’est pour cela que j’ai refusé.”

Elle a vécu un incident similaire deux mois plus tard, ce qui était aussi après sa première plainte officielle auprès de la compagnie. Lors du second incident, elle voyageait une nouvelle fois vers Londres. Cette fois-ci, deux hommes ultra-orthodoxes ont demandé à Wolfson de partir. Wolfson a refusé, ce qui a conduit les deux hommes à échanger leurs places avec deux femmes.

Les Juifs ultra-orthodoxes pratiquent le judaïsme Haredi, une pratique plus conservatrice que le judaïsme orthodoxe moderne.

Demande de changement dans la politique

Après avoir déposé plusieurs plaintes, elle n’aurait pas reçu de retour de la part de la compagnie. De ce fait, Wolfson est passé à l’étape supérieure et a décidé de poursuive la compagnie en justice, soutenue par l’IRAC.

easyjet-obtains-loan-from-uk-government
Wolfson est allée chercher l’aide de l’IRAC pour changer la politique d’easyJet. Photo : Getty Images

À l’époque du premier incident, Wolfson avait reçu une information de la part de plusieurs agents de bord. D’après Haaretz, ils l’avaient prévenue qu’adhérer aux requêtes d’hommes ultra-orthodoxe était assez fréquent. Les agents de bords avaient également encouragé Wolfson a porter plainte, dans l’espoir de corriger la politique de la compagnie..

Un porte-parole de la compagnie a déclaré à Simple Flying qu’easyJet s’occupait du problème avec attention. Le porte-parole a ajouté :

“À easyJet, nous prenons les situations de ce type très au sérieux. Même s’il serait inapproprié pour nous de commenter, puisque cet incident fait actuellement l’objet de procédures judiciaires, nous ne discriminons pour aucun motif.”

EasyJet est poursuivi pour violation de la loi anti-discrimination israélienne. La loi interdit les discriminations de clients basées sur la race, la religion, la nationalité, le genre, l’orientation sexuelle ou les opinions politiques. L’IRAC affirme que la compagnie aurait dû adhérer à cette loi, puisque l’incident a eu lieu sur le sol israélien.

La même chose est arrivée à EI AI

Le transporteur porte-drapeau israélien a été impliqué dans un incident similaire. En 2018, plusieurs femmes ont été forcées de changer de sièges sur un vol EI AI de New York vers Tel Aviv. Ceci a eu lieu malgré une décision de justice de 2017 interdisant cette pratique.

Selon NBC News, l’incident a poussé la compagnie à apporter une modification à sa politique, qui dit explicitement “les passagers refusant de s’asseoir à côté d’une personne en se basant sur des arguments religieux devront quitter l’avion.”

Israeli flag carrier El Al discriminating based on gender
EI AI a changé sa politique après qu’une entreprise israélienne de haute technologie, NICE System, appelle au boycott de la compagnie. Photo : El Al

Ironiquement, l’incident de 2018 a eu lieu un an après un cas important impliquant Renee Rabinowitz, une femme de 82 ans. Elle avait porté plainte contre la compagnie israélienne en 2015 après avoir été discriminée à cause de son genre dans des circonstances similaires.

The Irish Times a reporté que l’IRAC avait gagné le cas Rabinowitz, ce qui signifie que les agents de bord des vols EI AI ne pouvaient plus demander à des femmes de changer de place pour accommoder des hommes ultra-orthodoxes.

Selon vous, qu’aurait dû faire easyJet dans cette situation ? Avez-vous entendu parler d’incidents similaires ? Faites-le nous savoir dans les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tu pourrais aussi aimer