L’avion de passagers à 400 places mais sans clients : le Il-96-400M

Publicités

Le constructeur d’avions russe Iliouchine est sur le point de faire certifier un avion flambant neuf. Le Il-96-400M est un gros-porteur quadriréacteur assez spacieux pour accueillir 400 passagers. Malgré les retards du programme, l’avion devrait effectuer son premier vol l’année prochaine. Le seul problème ? Personne n’en veut.

Il 96 400m in assembly
La Russie construit un nouveau gros-porteur. Photo : UAC

La Russie construit un nouveau quadriréacteur

Il y a deux ans, début 2018, le constructeur d’avion russe Iliouchine révélait son projet de construire un nouveau gros-porteur basé sur le Il-96. L’avion serait capable de transporter 400 passagers en configuration classe unique. Rompant avec la tendance, l’avion utiliserait quatre moteurs Aviadvigatel PS-90A1, chacun avec une poussée de 38 360 lb.

Le design global reprend celui du Il-96 vieux de trois décennies, un énorme quadriréacteur soviétique dont le premier vol a eu lieu en 1988. Le Il-96 avait été conçu pour que son rayon d’action et sa capacité passagers rivalisent avec le Boeing 767. Mais il avait reçu peu d’intérêt de la part des compagnies russes et n’a pas réussi à se faire une place sur le marché international. Il n’a jamais vraiment atteint son potentiel. Seulement 30 unités ont été construites, dont la majorité est maintenant à la retraite.

Publicités
Il 96
L’avion est basé sur le Il-96. Photo : Russian Embassy

AIN Online rapporte qu’en 2017, le Kremlin a investi 3,6 milliards de roubles dans le Il-96-400M d’Iliouchine pour lancer le projet. Pourquoi le constructeur russe pense-t-il qu’il existe un marché pour son quadriréacteur alors que les compagnies du monde entier essaient de se débarrasser des leurs le plus vite possible ?

Restez informés : Inscrivez-vous à notre résumé quotidien de l’actualité de l’aviation.

il 96 400m
Le Il-96-400M pourrait bien être le dernier quadriréacteur commercial à être construit. Photo : UAC

Caractéristiques du Il-96-400M

D’après Iliouchine, l’avion opérera avec les caractéristiques suivantes. Nous les avons comparées aux caractéristiques des gros-porteurs de Boeing et Airbus.

Publicités

Les caractéristiques du Il-96-400M ne semblent pas très logiques face à celles des plus vastes gros-porteurs du marché. Il est plus petit, ne vole pas aussi loin et n’a pas la capacité passagers de ses concurrents. Son efficacité en carburant n’est pas encore publique, mais avec quatre moteurs à alimenter, ses performances seront probablement en-dessous de celles des biréacteurs modernes.

Les propositions de configuration des cabines. Photo : UAC
Aménagement potentiel de l’avion. Photo : Russian Embassy

Le premier vol de cet avion devrait avoir lieu dans l’année. Le prototype est actuellement en train d’être assemblé à l’usine Voronezh Aircraft Production Association (VASO). Toutefois, le Russian Aviation Insider rapporte qu’il y a encore beaucoup à faire avant qu’il puisse voler, et que le vol d’inauguration n’aura pas lieu avant 2021.

il 96 400m
Le prototype est en fin d’assemblage. Photo : UAC

Pourquoi est-il construit ?

Le monde d’aujourd’hui n’a vraiment pas besoin d’un quadriréacteur russe à grande capacité et faible efficacité. Et pourtant, il existe, il est toujours en cours d’assemblage et en route pour être certifié. Pourquoi Iliouchine ont-ils décidé d’entreprendre ce projet apparemment inutile ?

Publicités

Aerotime Hub suggère que cela pourrait ête à cause de la collaboration sino-russe, connue sous le nom de CRAIC. Créée en 2016, cette collaboration entre l’UAC russe et la COMAC chinoise avait pour objectif de construire ensemble un gros-porteur pour rivaliser avec les offres de Boeing et Airbus. Le CR929 avait suscité beaucoup d’espoirs, il devait être une concurrence de taille sur le marché du long-courrier, mais le projet ne s’est finalement pas déroulé comme prévu.

Trouble with the CRAIC CR929
Suite aux retards du CR929, le Kremlin a réaffirmé son intérêt pour le projet d’Iliouchine. Photo : CRAIC

La Russie ne voulait pas partager son expertise en aérospatiale et risquer d’être exclue de ce qu’elle voyait comme le marché le plus précieux au monde : la Chine. À l’inverse, la Chine ne voulait pas investir dans la construction du CR929, elle voulait seulement l’acheter à la Russie pour ses compagnies aériennes.

Ces désaccords ont mené à des retards, et les retards ont poussé la Russie à développer un gros-porteur chez elle, pour combler ce retard, pendant que le CR929 se faisait attendre. Iliouchine construisait une version améliorée du Il-96-300 depuis 1997, mais en version cargo uniquement (le Il-96-400T). Le Kremlin a donc décidé qu’il valait mieux investir dans une version passager de l’avion, pour patienter d’ici la construction du CR929.

Il-96-400M
Le Il-96-400M approche de son vol d’inauguration, mais n’a toujours pas d’acheteurs. Photo : UAC

C’était une décision étrange, mais typique de la nature protectionniste de la Russie. La plus grande déception pour le moment est qu’aucune entreprise n’a passé commande pour l’avion. Hormis les encouragements motivés par des raisons politiques, aucune compagnie aérienne ne s’intéresse sérieusement à l’avion. Ce qui soulève la question suivante : quand bien même l’avion s’envolerait en 2021, qui le piloterait ?

Publicités
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tu pourrais aussi aimer