Nepal Airlines Immobilise Au Sol Ses Avions De Construction Chinoise

A partir du 16 juillet, Nepal Airlines n’exploitera plus la totalité de ses avions chinois. Ceci inclut deux Xian MA60 et quatre Harbin Y12. Les avions en question ne se sont pas révélés bénéfiques et sont vus comme un fardeau.

Nepal Airlines Harbin Y12
Tous les Harbin Y12 seront immobilisés au sol à partir de demain. Photo: Shadman Samee via Flickr

La compagnie aérienne népalaise affirme qu’elle n’a pas les moyens de faire voler les avions, et que par conséquent ces avions seront immobilisés au sol dans un avenir proche. D’après The Kathmandu Post, l’ordre a été donné par la Nepal Airlines Corporation, dans l’espoir de réduire les pertes du transporteur national. Au-delà de cela, l’avion Y12e est depuis longtemps remis en question pour sa fonctionnalité et ses performances.

Nepal Airlines a ajouté les six avions à sa flotte en 2014, ce qui est connu comme la première acquisition de la compagnie aérienne en 28 ans.

Restez informés : Inscrivez-vous à notre résumé quotidien de l’actualité de l’aviation.

Accord du Népal avec la Chine

Dans un accord de gouvernement à gouvernement, il apparaît que le Népal a été forcé d’acquérir l’avion. La vente a débuté en novembre 2011, lorsque des équipes techniques en provenance à la fois du Bangladesh et du Népal se sont rendues en Chine pour inspecter les MA60 et les Y12.

The Kathmandu Post a rapporté que le “Gouvernement chinois a déclaré que le Népal devrait acheter un certain nombre d’avions s’il en voulait gratuitement.”

Ainsi, alors que l’équipe en provenance du Bangladesh a jugé que l’avion “ne convenait pas”, le Népal est allé de l’avant pour acquérir les six avions dans le cadre d’un accord avec l’Aviation Industry Corporation of China (AVIC). L’accord a eu lieu en 2012. En conséquence, la Chine a offert un MA60 et un Y12 à Nepal Airlines deux ans plus tard.

Cependant, selon Achyut Pahari, membre du conseil d’administration de Nepal Airlines, il s’agit de la pire décision prise par le transporteur. Comme l’a rapporté The Post, Pahari a déclaré,

“C’est la cupidité des commissions qui a incité à cette initiative. Ils [l’équipe technique] ont soumis un rapport fabriqué de toutes pièces. Le Y12e a été comparé au Twin Otter, et le MA60 a été comparé à l’ATR-72. Nepal Airlines en paie le prix maintenant. Piloter ces avions, c’est jeter de l’argent par les fenêtres.”

Les MA60 et Y12e

Le Xian MA60 est un turbopropulseur bimoteur pouvant accueillir jusqu’à 60 passagers. Il est explicitement conçu pour les lignes intérieures et les courts-courriers. Le Harbin Y12e, est également un engin bimoteur, c’est un avion à ailes hautes avec une contenance de 17 places.

Nepal Airlines
Le MA60 est un avion de construction Chinoise qui a effectué son premier vol en 2000. Photo: Rui Miguel via Wikimedia

Au début de cette année, un incident s’est produit avec l’un des avions Y12e de Nepal Airlines. Cet épisode a également provoqué l’immobilisation au sol de tous les avions chinois.

Le 28 mars, l’avion Y12e a atterri à 60 mètres de la piste de l’Aéroport de Nepalgunj. Il a ensuite fait une embardée et s’est arrêté juste avant d’entrer dans la prairie, explique le Economic Times. L’avion a donc été considéré comme “inadapté au terrain népalais”.

Le premier MA60 est arrivé au Népal en avril 2014, et quatre avions Y12 ont été ajoutés à la flotte en novembre de la même année. À cette époque, Nepal Airlines n’avait pas de pilotes formés pour piloter ces avions. Actuellement, il n’y a toujours pas de pilotes qualifiés.

En fait, l’un des deux MA60 est immobilisé au sol depuis trois ans.

Sanjiv Gautam, ancien directeur général de l’Autorité de l’aviation civile (CAA) du Népal, estime que le transporteur national aurait pu mieux se préparer. La compagnie aérienne aurait dû s’assurer qu’elle disposait de pilotes adéquats avant d’acheter les avions, a-t-il déclaré dans The Kathmandu Post.

Le destin de ces avions

Depuis que les avions acquis par Nepal Airlines ont été achetés en prêt, le transporteur a du mal à effectuer ses paiements, d’autant plus qu’il n’utilise pas pleinement les avions. De plus, la pandémie de COVID-19 a affecté la situation financière de la compagnie aérienne.

The Kathmandu Post rapporte que le gouvernement népalais doit payer “un taux d’intérêt annuel de 1,5 % et des frais de service et de gestion s’élevant à 0,4 % du montant total du prêt contracté par le ministère des finances conformément à l’accord.”

Ensuite, le ministère fait payer au transporteur népalais un intérêt annuel de 8% sur le montant du prêt déboursé.

Nepal Airlines Boeing 757
Le transporteur népalais a réduit de moitié son prix de vente après avoir eu des difficultés à vendre son dernier Boeing 757. Photo: Toby Lam via Wikimedia

Tri Ratna Manandhar, également de la CAA du Népal, affirme que la mise aux enchères des avions pourrait profiter à la compagnie aérienne.

“Il semble qu’il ne puisse pas bien les faire voler. Il est donc sage de les vendre aux enchères car ils vont continuer à augmenter ses pertes”, a-t-il déclaré dans The Kathmandu Post.

Cependant, ce n’est peut-être pas aussi simple que cela, car la compagnie aérienne a eu des difficultés à vendre son dernier Boeing 757 en 2019. Quoi qu’il en soit, la compagnie aérienne ne doit pas s’attarder et doit prendre une décision rapidement. Soit elle vend les avions, soit elle les utilise pleinement en se procurant les bons pilotes et en effectuant des essais en vol.

Pensez-vous que Nepal Airlines a fait le bon choix en immobilisant ces avions au sol ? Avez-vous déjà volé à bord d’un MA60 ou d’un Y12e ? Faites-le nous savoir dans les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tu pourrais aussi aimer