PDG de Qatar Airways : les compagnies qui opèrent l’A380 aujourd’hui sont idiotes

Le PDG de Qatar Airways, Akbar Al Baker, s’est exprimé aujourd’hui au sujet de ce que compte faire la compagnie de ses A380. Il a déclaré que tant qu’ils ne seraient pas revenu à un niveau similaire à 2019, le super-jumbo ne reviendrait pas. Les compagnies voulant l’opérer avant que la croissance reprenne sont selon lui “très idiotes”.

qatar a380
Qatar n’opérera pas l’A380 avant au moins “quelques années”, prévient le PDG. Photo : Getty Images

L’A380 n’a pas sa place sur le court terme

Qatar Airways était l’une des premières compagnies à retirer les Airbus A380 de ses programmes. La compagnie avait prévu un retour pour 2021, mais aujourd’hui le PDG Akbar Al Baker a déclaré que le modèle ne reprendrait pas du service avant au moins quelques années. Dans une interview à l’occasion de l’événment “Airlines 2050” organisé par FlightGlobal, il expliquait :

“Je ne pense pas que l’A380 puisse reprendre les vols de sitôt. Le taux de croissance devra être revenu à ce qu’il était en 2019 pour que l’on puisse reconsidérer l’A380.”

Nous avons bien vu quelques A380 traverser le ciel, mais aucun en livrée Qatar Airways. En effet, Al Baker a été très clair sur son opinion au sujet des compagnies qui veulent recommencer à utiliser le super-jumbo plus tôt que prévu. Il a déclaré :

“Ceux qui veulent opérer l’A380 avant d’être revenus au taux de croissance de 2019 sont selon moi très idiots. La demande ne sera pas suffisante. Si la demande commence à augmenter et que les gens commencent à déployer des A380, ils vont s’en sortir seulement s’ils bradent les prix. Et lorsque vous commencez à brader les prix, ce n’est plus viable.”

Korean Air
Al Baker déclare que les compagnies qui ressortent leurs A380 trop tôt sont “très idiotes”. Photo : Korean Air

Pour le PDG de Qatar, le message est très clair. Pour desservir ses itinéraires longs-courriers, il compte sur l’Airbus A350 et le 787 Dreamliner, au moins dans un avenir proche. Al Baker a résumé en disant :

“On ne pense pas opérer nos A380 avant au moins quelques années.”

Restez informés : Inscrivez-vous à notre résumé quotidien de l’actualité de l’aviation.

Une attention particulière pour la durabilité

Le PDG de Qatar a précisé que la compagnie n’a pas stocké ses A380 uniquement dans le but de se libérer de cette capacité passager non-nécessaire. Les coûts environnementaux générés par le Géant des Airs ont aussi été pris en compte. Al Baker a expliqué :

“Nous avons récemment comparé l’Airbus A380 à l’Airbus A350 sur des itinéraires de Doha à Londres, Guanzhou, Francfort, Paris, Melbourne, Sydney, New York et Toronto. Les résultats étaient stupéfiants.

Nous avons remarqué que sur un vol aller typique, l’Airbus A350 économisait au moins 16 tonnes de CO2 par heure bloc par rapport à l’A380. Des analyses ont aussi montré que l’Airbus A380 émettait plus de 80 % de dioxyde de carbone par heure bloc de plus que l’A350 sur chacun de ces itinéraires.

Les flottes durables et économes en carburant sont non seulement la clé pour survivre à cette crise, mais elles vont aussi être indispensables aux succès futurs des compagnies.”

L’efficacité en carburant de l’A350 a renforcé l’engagement de Qatar envers ses biréacteurs. Photo : Vincenzo Pace | JFKJets.com

Évidemment, économiser du CO2 est positif pour l’image publique de la compagnie et pour atteindre ses objectifs en matière de durabilité, mais c’est aussi avantageux financièrement. Même si le prix du carburant a chuté à cause de la pandémie, opérer une flotte de taille plus modeste et plus efficace le temps du rétablissement constitue un atout pour aider les compagnies à aller de l’avant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tu pourrais aussi aimer