Porter Airlines Était Le Client De Lancement Canadien Du CSeries – Voici Pourquoi Il Ne Pilote Pas l’Avion

Publicités

Porter Airlines est un transporteur canadien de niche basé à l’aéroport Billy Bishop City de Toronto. La compagnie aérienne n’exploite que des avions Dash 8-400. Le passage à la CSeries ne s’est finalement jamais fait et la compagnie continue à utiliser une flotte entièrement composée de turbopropulseurs. Voici pourquoi.

Porter Airlines CSeries
Porter Airlines était le client de lancement canadien de la CSeries de Bombardier. Photo: Bombardier

Porter Airlines a passé une commande pour la CSeries en 2013

En décembre 2012, Porter Airlines a signé une lettre d’intention avec Bombardier pour un certain nombre d’avions de la CSeries. En avril 2013, Porter et Bombardier ont conclu un accord et transformé la lettre d’intention en une commande ferme.

La commande de 2013 comportait un accord d’achat conditionnel pour 12 avions CS100, avec des options pour jusqu’à 18 avions CS100 supplémentaires. Cette commande a fait de Porter Airlines le client de lancement canadien du CSeries.

Publicités

À l’époque, CSeries était le dernier et le plus grand projet de Bombardier. Avec le nouveau CSeries, le constructeur cherchait à faire parler de lui avec un avion plus grand, efficace et très compétitif sur le marché des 100-150 sièges.

CSeries Porter
Mike Arcamone, président de Bombardier Commercial Aircraft et Robert Deluce, président et directeur général de Porter, célébrant la nouvelle commande d’avions. Photo: Bombardier

À l’époque, Robert Deluce, président et directeur général de Porter Airlines, avait déclaré :

“Après une analyse approfondie des avions existants et remotorisés, nous avons sélectionné le tout nouvel avion de ligne CS100 pour sa flexibilité et son adéquation aux opérations urbaines, notamment son rendement énergétique exceptionnel et ses performances sur des terrains d’aviation courts, ainsi que pour la réduction du bruit et des émissions. Cet avion s’inscrit parfaitement dans nos plans d’affaires et notre stratégie de croissance et nous sommes également fiers d’être le client de lancement canadien des avions CSeries de Bombardier. Nous sommes impatients d’étendre notre réseau avec une flotte entièrement Bombardier composée d’avions CS100 et de turbopropulseurs Q400, ce qui favorisera des vols plus écologiques et plus silencieux”.

La commande était conditionnelle

La commande CSeries dépendait des modifications apportées aux restrictions d’exploitation à l’aéroport Billy Bishop de Toronto City (YTZ). YTZ est la principale base d’exploitation de Porter et est un aéroport plus petit que le principal Toronto-Pearson (YYZ). Billy Bishop ne peut pas recevoir des avions à réaction comme le Boeing 737 ou même l’Embraer E175 en raison d’un accord tripartite de 1983 qui restreint l’exploitation des avions à réaction à destination et en provenance de l’aéroport.

Publicités
Porter
Porter Airlines ne vole qu’avec des Dash 8 à turbopropulseurs. Photo: Getty Images

Afin de pouvoir traiter les avions CSeries, Porter Airlines a déclaré que les pistes devraient être allongées d’un peu moins de 170 mètres (ou moins de 500 pieds). Cela s’ajoutait à l’appui politique nécessaire pour modifier l’accord afin de permettre aux CSeries d’entrer et de sortir de Billy Bishop.

Les choses ne se sont pas faites

Aujourd’hui, en 2020, Porter Airlines n’a toujours pas de CSeries (maintenant appelés Airbus A220), et l’aéroport Billy Bishop de Toronto reste fermé aux jets. Il ne reste donc à Porter Airlines qu’une flotte de Dash 8-400 pour desservir l’aéroport.

Les Dash 8-400, bien qu’ils soient de très bons avions, ont également certaines limites. Ils n’ont pas la portée des CSeries/A220. Théoriquement, si Porter avait pris en charge les CSeries, la compagnie aurait pu lancer des vols vers Calgary, Vancouver, Edmonton, ou étendre encore sa portée aux États-Unis. Les Dash 8-400 ne peuvent pas effectuer un grand nombre de ces opérations.

Publicités
Porter Airlines Dash 8
Bien que le Dash 8 soit excellent pour certaines missions, il présente certains inconvénients par rapport au A220. Photo: Getty Images

En fin de compte, pour que Porter puisse prendre des avions à réaction, la compagnie aérienne devra attendre qu’un gouvernement soit prêt à se saisir de la question et à apporter les ajustements nécessaires à Billy Bishop. Cette décision, cependant, risquerait d’irriter Air Canada, dont la base d’opérations est située à Toronto-Pearson. Billy Bishop est plus proche du centre-ville de Toronto que de Toronto-Pearson, ce qui profiterait à certains clients professionnels.

Souhaitez-vous que Porter Airlines utilise l’Airbus A220 (anciennement Bombardier CSeries) ? Faites-le nous savoir dans les commentaires !

Publicités
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tu pourrais aussi aimer