Pour ses mises à jour, le Boeing 747-400 utilise toujours des disquettes, voici pourquoi

Publicités

Tandis que la majorité d’entre nous n’a pas vu de disquette depuis des décennies, pour les ingénieurs en aéronautique, elles font partie du quotidien. Les données sensibles sont chargées sur le Boeing 747 et d’autres avions via une simple disquette de trois pouces et demi. Voici pourquoi.

IATA, Social Distancing, Face Masks
Surprenamment, le jumbo 747 géant utilise toujours des disquettes pour ses mises à jour. Photo : Getty Images

Mais pourquoi ?

Si vous demandez ce qu’est cet objet à quelqu’un né après le changement de millénaire, il y a de fortes chances pour qu’il n’en ait aucune idée.

Floppy disks
L’âge d’or de la disquette est largement passé. Photo : George Chernilevsky via Wikimedia

À l’origine, la disquette a été inventée par IBM en 1967 et a constitué la principale façon de transférer les données des ordinateurs pendant les décennies qui ont suivi. Les toutes premières mesuraient huit pouces (20 cm) et étaient molles : il était possible de les plier.

Publicités

Celles-ci ont progressivement été remplacées par les disquettes de cinq pouces un quart dans les années 1970, protégées par des coques en plastiques, puis enfin, le format trois pouces et demi est apparu en 1982.

Avec l’avènement des nouvelles technologies à mémoire flash comme les clés USB et les cartes mémoires, la disquette a en très grande partie disparu du monde. Dans les années 2000, elles étaient incroyablement rares et uniquement utilisées avec du matériel ancien ou par nostalgie. Oh, et pour le deuxième avion de ligne le plus rapide du monde, le Boeing 747-400.

Restez informés : Inscrivez-vous à notre résumé quotidien de l’actualité de l’aviation.

Publicités

Des mises à jour de navigation sensibles via la disquette

Pen Test Partners (PTP) au Royaume-Uni a révélé cette information après avoir fouillé un ancien BA 747, alors que celui-ci allait être mis à la casse. Alex Lomax de PTP s’est faufilé dans les cabines, est descendu par la trappe d’accès à l’arrière puis s’est rendu dans la baie avionique. C’était une visite assez fascinante que vous pouvez regarder entièrement ci-dessous.

C’est quand il est monté vers la “bulle” et qu’il a continué vers le cockpit que les choses sont devenues intéressantes. En effet, surprenamment, la base de donnée de navigation (Navigation Database Loader) est toujours mise à jour via une disquette. Lomax dit à ce sujet :

“Elle utilise toujours une disquette trois pouces et demi. Cette base de donnée doit être mise à jour tous les 28 jours, donc on peut imaginer la corvée que cela doit être pour un ingénieur de venir tous les mois.”

Publicités

Et le 747 n’est pas le seul à être mis à jour avec une disquette. Un nombre significatif d’avions utilise toujours des disquettes pour leurs chargements de logiciels et transferts de données, malgré toutes les avancées qui auraient dû les rendre inutiles. Un ingénieur a réalisé ce tutoriel alors qu’il effectuait la mise à jour mensuelle.

La fin de la disquette ?

L’utilisation de disquettes n’est pas si surprenante, quand on y réfléchit. L’Airbus A320 a été introduit dans les années 1980, alors que les disquettes étaient le principal outil de transfert de données. Le 747 date de la même période, bien que sa nouvelle version, le 747-8, l’ait fait entrer dans une période légèrement plus moderne.

Il y a souvent un décalage entre la conception aéronautique et les technologies de l’information, simplement parce que cela prend beaucoup de temps de faire certifier puis de mettre en service de nouveaux produits. Cependant, il existe une compagnie qui espère mettre fin à l’ère de la disquette.

Teledyne Controls veut rendre obsolète l’utilisation de la disquette dans l’aéronautique. Photo : Teledyne Controls

Teledyne Controls a mentionné l’arrivée imminente de Loadstar Server Entreprise 3 (LSE 3), qui permettrait de mettre fin à l’utilisation des disquettes ou de tout autre média physique, en les remplaçant par des chargements de données performants via des réseaux sans fil. Cela pourrait constituer un investissement post-pandémique positif pour les compagnies qui cherchent à réduire leurs coûts, puisque cela supprimerait la nécessité coûteuse de faire venir un ingénieur tous les 28 jours.

Êtes-vous surpris que des avions fassent toujours leurs mises à jour avec des disquettes ? Faites-le nous savoir dans les commentaires.

Publicités
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tu pourrais aussi aimer