Pourquoi un Boeing 777 a fait le trajet Hong Kong-Londres dans le mauvais sens

Publicités

Quand Boeing a mis le 777-200LR sur le marché, le constructeur voulait trouver un moyen de montrer au monde que son rayon d’action était imbattable. Il a donc choisi un itinéraire simple, de Hong Kong à Londres. Mais au lieu d’aller à l’ouest pour que le trajet soit rapide, l’avion a mis le cap vers l’est. C’est ainsi qu’il est devenu une légende.

Boeing 777-200LR
Boeing 777-200LR. Photo : Boeing Dreamscape via Wikimedia

Qu’est-ce qui rendait le Boeing 777-200LR si spécial ?

Conçu pour entrer en service au milieu des années 2000, le Boeing 777-200 était la troisième version de l’avion après la version originale et la version à rayon d’action accru. Son rayon d’action était impressionnant. Il pouvait voler non-stop sur 8 555 milles marins (15 844 km), faisant de lui l’avion idéal pour les clients d’Asie à la recherche de connexions vers des destinations longues-distances.

L’avion avait trois réservoirs auxiliaires optionnels dans la soute et pouvait transporter 301 passagers en configuration trois classes (16 en première, 58 en business et 227 en économie). L’équipe marketing de Boeing a décidé qu’il était plus qu’un avion de ligne ordinaire et l’a surnommé “Worldliner”.

Publicités

Restez informés : Inscrivez-vous à notre résumé quotidien de l’actualité de l’aviation.

777-200LR range
L’avion pouvait atteindre n’importe quelle destination au départ d’Hong Kong, excepté l’Amérique du Sud. Photo : GCMap

Mieux encore, l’avion était la réponse de Boeing à l’Airbus A340-500 (dont le rayon d’action était de 9 000 milles marins), sans la barrière du règlement ETOPS. À l’époque de la conception du 777-200LR, le règlement ETOPS l’empêchait de voler au-dessus des océans. Mais lors de son entrée en service, il pouvait opérer la plupart des itinéraires océaniques grâce à un changement dans le règlement.

Quel était l’itinéraire ?

Le 9 novembre 2005, Boeing a décidé de faire voler un modèle 777-200LR de démonstration de Hong Kong à Londres “dans le mauvais sens”, pour prouver son rayon d’action. Traditionnellement, un avion vole vers le nord-ouest au-dessus de la Chine, de la Russie et de l’Europe du Nord jusqu’à Londres.

Publicités

Mais ce vol-ci a mis le cap sur le Pacifique, a volé au-dessus de l’Amérique du Nord puis de l’Atlantique. L’avion a survolé Los Angeles, Chicago puis New York avant de rejoindre le reste du trafic transatlantique.

L’avion a traversé une turbulence au-dessus du Pacifique, “Mais notre vol au-dessus des États-Unis était superbe… et au-dessus de l’Atlantique, on a vu notre second lever de soleil du voyage,” racontait Capitaine Suzanna Darcy-Hennemann au Seattle Times.

L’avion a volé pendant 22 heures et 43 minutes, survolant la ligne de changement de date et assistant à deux levers de soleil, puisqu’il allait dans le sens opposé au soleil. Pour voler non-stop si longtemps, l’avion avait neuf pilotes et 27 autres à bord. Boeing a autorisé seulement 18 kg à chaque passager et membre de l’équipage, incluant les caméras et ordinateurs portables (qui étaient gros et lourds il y a 15 ans). Le reste de la capacité de l’avion était alloué aux 164 tonnes de carburant à bord.

Publicités

L’avion n’avait pas son aménagement intérieur habituel : tous les passagers ont eu une place en classe business dans une zone agrandie, avec une réception à l’avant de l’avion pour se dégourdir les jambes. Il y avait seulement quelques rangées de places économie, pour la démonstration. Le reste de l’avion était pour le matériel de contrôle.

À l’atterrissage, Boeing réalisait le nouveau record du vol le plus long selon le Livre Guinness des records.

Boeing 777-200LR
Le Boeing 777-200LR est toujours détenteur du records depuis. Photo : Getty Images

Comment le monde a-t-il réagi ?

Pour Boeing, cela constituait la preuve de l’ingénierie irréprochable de l’avion.

“Le record de distance de vol est la preuve de l’efficacité opératoire remarquable et de la fiabilité du Boeing 777-200LR Wordliner,” déclarait Lars Andersen, vice-président et manager du programme 777 dans un communiqué de presse. “Le Worldliner utilise moins de carburant pour voler plus loin, transporte plus de passagers avec plus de confort, et sa capacité de fret commercial est supérieure à n’importe quel autre avion de ligne.”

Ce vol a changé la manière dont nous voyons les vols longs-courriers et a inspiré des itinéraires comme Singapour-New York. Il a aussi poussé Qantas à tester plus rapidement le Project Sunrise (Qantas avait déjà volé de Londres à Sydney avec un 747, quelques années auparavant).

Malgré une entrée sur le marché majestueuse, les ventes du Boeing 777-200LR n’ont jamais fait de records à l’image de ce vol. Certains suggèrent que son rayon d’action était trop long et que le marché de niche auquel il était censé s’adresser n’existait pas vraiment.

Pour ce qui est du record, il est toujours d’actualité.

Qu’en pensez-vous ? Faites-le nous savoir dans les commentaires.

Publicités
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tu pourrais aussi aimer