Quelles compagnies ont reçu le plus d’aides d’État par place ?

Publicités

Les aides d’État en faveur des compagnies aériennes est un sujet épineux. Le soutien financier, quelle que soit sa forme, va à l’encontre de la plupart des théories économiques dominantes. Mais les aides d’État font partie de la vie, encore plus en 2020. Alors que l’année avance, de nombreuses compagnies comptent sur les aides de l’État pour continuer à voler. Une étude récente réalisée par le fournisseur mondial de données de voyage OAG a montré quelques chiffres fascinants sur les aides reçues par les compagnies.

State-support-per-seat-getty
Singapore Airlines mène la danse lorsqu’il s’agit d’aides de l’État. Photo : Getty Images

Singapore Airlines, bénéficiaire privilégié des aides d’État

Dans un webinaire OAG la semaine dernière, Strapped For Cash: How Airlines Can Survive Winter, l’analyste aérien John Grant a discuté du montant d’aides d’État reçu par quelques compagnies cette année.

Le bénéficiaire privilégié était Singapore Airlines. La compagnie porte-drapeau a reçu un sauvetage financier massif de 13 milliards de dollars plus tôt cette année. Singapore Airlines était plus désavantagée par la chute de la demande de transport aérien que la plupart des compagnies. Le transporteur opère uniquement sur les itinéraires internationaux et n’a pas de réseau domestique sur lequel se rabattre. Mais il a aussi l’avantage d’être dans un pays riche.

Publicités

“Dans certaines parties du monde, les gouvernements n’ont pas le confort financier nécessaire pour soutenir leurs compagnies. Si vous regardez en Amérique Latine, en cette période de pandémie, il y a des problèmes bien plus importants que simplement financer ou protéger ses compagnies aériennes,” explique M. Grant.

De juin à août, Singapore Airlines avait 6 613 702 places disponibles. La compagnie a reçu 1 315 dollars d’aide d’État par place en vol. Malgré cela, John Grant précise que l’exemple de Singapore Airlines ne doit pas être vu uniquement comme un sauvetage financier.

“Pour Singapore, il s’agit plus d’une structure de refinancement complexe que d’un prêt. C’est un investissement, d’autres considérations sont à prendre en compte.”

Publicités
State-support-per-seat
Source : ISHKA/OAG

Le chiffre d’affaire par passager-kilomètre a chuté de 99,5 % pour Singapore Airlines sur les trois mois se terminant le 30 juin. Le total des revenus sur cette même période a diminué de 79,3 %. Malgré cela, Singapore Airlines a les fonds nécessaire et bénéficie de soutien pour traverser cette crise. Ce n’est pas le cas de toutes les compagnies. Même des compagnies de pays riches ne bénéficient pas toujours du soutien de leur gouvernement.

“Il y a eu très peu d’aide d’État et de soutien pour Virgin Atlantic, qui vient de réussir à se refinancer, et pour IAG Group,” note M. Grant.

Les aides d’État fournies aux compagnies qui risquent de ne pas survivre

Dans le top dix des compagnies soutenues par place en vol, il y a un certain nombre de compagnies dont le futur à moyen ou à long terme est incertain. C’est le cas d’Air Mauritius, de Fiji Airways et de TAP Air Portugal.

Publicités

Air Mauritius avait 597 763 places disponibles entre janvier et août, et a reçu une aide d’État de 375 $ par place en vol. Fiji Airways avait 610 507 places disponibles entre juin et août, et a reçu une aide d’État de 327 $ par place en vol. TAP Air Portugal avait 5 587 908 places disponibles entre janvier et août, et a reçu une aide d’État de 254 $ par place.

Certains experts de l’aviation se sont demandé si fournir des aides à ce genre de compagnie était du gaspillage. Par exemple, à Fidji, un opposant parlementaire souhaite créer un comité spécial pour s’enquérir de l’état financier et de la viabilité globale de Fiji Airways. Mais John Grant déclare :

“On peut voir la taille, l’échelle et la valeur stratégique que les gouvernements accordent à leurs compagnies, qu’elles soient du secteur public ou privé.”

State-support-per-seat
Si l’on considère toujours le montant de l’aide par siège, les compagnies américaines sont à la traîne quand il s’agit des aides d’État. Photo : Denver International Airport Newsroom

Les compagnies américaines sont à la traîne quand il s’agit d’aides d’État

Au sujet des aides d’État en faveur des compagnies aériennes, les compagnies américaines étaient sous le feu des projecteurs avec le financement de la loi CARES Act. Mais au final, le montant d’aides d’État par place que les compagnies américaines ont reçu reste dérisoire par rapport à ce que ce qu’ont reçu des compagnies comme Singapore Airlines, Cathay Pacific, KLM-Air France ou le groupe Lufthansa.

Si Cathay Pacific a reçu 547 $ d’aide d’État par place en vol entre janvier et août, Delta Air Lines a reçu 59 $, United Airlines 71 $ et American Airlines 52 $.

Ceci peut en partie être expliqué par le grand nombre de places dans les compagnies américaines qui ont continué à opérer. Les compagnies américaines ont été capables de maintenir leur réseau domestique. Se rabattre sur le réseau domestique n’est pas possible pour les compagnies comme Cathay Pacific ou Singapore Airlines.

Dans tous les cas, M. Grant pense que le besoin d’aides d’État va continuer à se faire ressentir si les compagnies continuent à voler. Il note que les niveaux d’aides d’État existants ont été pensé pour soutenir les compagnies jusqu’à la fin de la période estivale 2020 (été de l’hémisphère nord). L’analyste d’OAG estime qu’une quantité d’argent largement supérieure va être nécessaire les mois prochains pour permettre aux compagnies de continuer à voler jusqu’à l’été 2021.

Publicités
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tu pourrais aussi aimer