Saudia face à un différend juridique avec son bailleur pour 50 avions Airbus

Publicités

Une entreprise de services financiers basée à Dubaï allègue une violation de contrat de leasing par Saudi Arabian Airlines au sujet de 50 avions Airbus. Le bailleur, Alif Segregated Portfolio Company, réclame au moins 460 millions de dollars d’impayés et de frais de maintenance.

A330-300-Regional-Saudi-Arabian-Airlines
Saudi Arabian Airlines, aussi connue sous le nom de Saudi, a 32 Airbus A330-300 dans sa flotte. Actuellement, 23 de ces avions sont actifs et en service tandis que neuf sont listés stockés. Photo : Airbus

Détails de l’allégation

L’allégation, enregistrée à la Haute Cour de Justice de Londres l’année dernière par l’entreprise de services financiers basée à Dubaï Alif Segregated Portfolio Company, affirme que son contrat de leasing avec Saudi Arabian Airlines (Saudia) a été rompu.

Selon Reuters, le plaignant réclame au moins 460 millions de dollars d’impayés et de frais de maintenance. Reuters rapporte également qu’Alif demande d’autres dommages et intérêts.

Publicités

Restez informés : Inscrivez-vous à notre résumé quotidien de l’actualité de l’aviation.

A320neo-Saudi-Arabian-Airlines
Saudi Arabian Airlines vient de commencer à opérer l’A320neo. Sa dernière commande de ce modèle était à l’été 2019. Photo : Airbus

Au centre de la réclamation, environ 50 avions Airbus annoncés par Airbus au Salon du Bourget de 2015. À l’époque, l’accord était considéré comme le plus gros accord concernant l’aviation obtenu via un financement islamique. L’accord en question, équivalant à un tiers de la flotte de Saudia, valait environ 8,2 milliards de dollars selon les prix de liste en 2015.

Plus précisément, la commande de 50 avions était composée de 30 Airbus A320neo et de 20 Airbus A330-300. Selon l’accord, c’est l’unité de gestion d’Alif, International Airfinance Corporation (IAFC), qui a acheté les avions. D’après CH-Aviation, IAFC est déclarée en tant qu’entreprise des Îles Caïmans mais est basée aux Émirats arabes unis. Saudia devait louer les avions à cette entité.

Publicités

Toutefois, des documents nous montrent que selon Alif, Saudia n’a pas pu payer la location de base après avoir cherché à réduire ses paiements. Le plaignant affirme aussi que Saudia s’est livré à des échanges de moteurs et de pièces non-autorisés et non-notifiés”.

Saudia_A330-300
Saudia est une compagnie à service complet possédée par l’État, elle est la compagnie porte-drapeau d’Arabie Saoudite. Elle est basée à Jeddah mais possède des hubs à Riyadh, Médina et Dammam. Photo : BriYYZ via Wikimedia Commons

“Nous sommes actuellement en discussion avec le bailleur pour résoudre nos différends contractuels. Nous espérons que le bon sens prévaudra,” – Porte-parole de Saudia via Reuters

En plus de la déclaration ci-dessus, la compagnie précise aussi que les procédures légales n’ont pas encore commencé.

Quelle sera la suite ?

Sans connaître les détails financiers, on ne peut pas savoir si l’allégation est correcte. Bien sûr, au vu de la situation et de la quantité d’argent en jeu, le plaignant a tout intérêt à être certain de ses allégations.

Publicités

La menance d’une poursuite en justice et d’une bataille juridique est forcément fâcheuse, particulièrement en cette période. À en juger par la déclaration de Saudia aux médias (“actuellement en discussion pour résoudre nos différends contractuels”), on pense que la compagnie va essayer de résoudre cette histoire hors des tribunaux pour trouver un arrangement.

Au final, il va falloir attendre de voir ce qu’il se passe dans les semaines à venir.

Que pensez-vous de ce conflit ? Selon vous, comment cela va-t-il se finir ? Faites-nous part de votre avis dans les commentaires.

Publicités
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tu pourrais aussi aimer