Un Boeing 747 KLM heurte un Airbus A330 à Amsterdam Schiphol

Publicités

Dimanche à l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol, l’aile d’un Airbus A330 a heurté le nez d’un 747 KLM qui attendait sa retraite. Le syndicat explique que ce genre d’incident de remorquage a lieu lorsque la charge de travail est trop importante pour l’équipage au sol d’un aéroport.

KLM, Boeing 747, Reactivated
Ce dimanche, l’un des 747 à la retraite de KLM a été percuté au niveau du nez par l’aile d’un Airbus. Photo : Getty Images

L’aile d’un A330 a heurté le nez du jumbo-jet

Les 747 de passagers KLM sont officiellement à la retraite. Toutefois, trois sont toujours stockés à Schiphol-East, en attendant de rejoindre ce qui risque d’être leur destination finale. L’un d’entre eux a tout de même réussi à se faire chahuter par un Airbus A330. Dimanche, alors que l’A330 était remorqué, son aile a heurté le nez du jumbo-jet, ce qui a cabossé le fuselage.

On ne sait pas vraiment si l’aile de l’A330 a subi des dommages. L’avion en question était PH-AOM, un A330-200 vieux de dix ans qui porte le nom de Piazza San Marco – Venezia. Il est actuellement stocké, aux côtés de trois des huit autres avions de ce modèle que possède le transporteur. Les cinq A330-300 de KLM sont en service.

Publicités
KLM a330 747 collision
L’A330 en question, PH-AOM, n’est pas en service en ce moment. Photo : Kohei Kanno via Wikimedia Commons

Le syndicat déclare que les incidents sont dus à une charge de travail excessive

D’après NH Nieuws, les accidents pendant le remorquage sont plutôt fréquents à l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol. La Confédération syndicale des Pays-Bas (FNV) explique que la charge de travail est trop élevée et qu’il n’y a pas assez de main d’œuvre pour effectuer le travail en toute sécurité.

Restez informés : Inscrivez-vous à notre résumé quotidien de l’actualité de l’aviation.

En juillet dernier, nous avions rapporté qu’un 787 Dreamliner TUI avait subi des dommages car l’avion avait été tracté trop loin. La nacelle gauche de l’avion avait percuté la passerelle du terminal vers lequel il était tracté. L’avion s’apprêtait à effectuer son premier vol vers Curaçao après des mois de stockage. À la place, il est directement parti en maintenance.

Publicités
KLM 737 parked
En juillet dernier, un 737 KLM a percuté un A320 easyJet pendant deux remorquages simultanés près de leurs portes d’embarquement. Photo : Getty Images

Collision lors de pushbacks simultanés

En juillet dernier, deux avions remplis de passagers étaient entrés en collision à Schiphol, alors qu’ils quittaient leurs portes d’embarquement. Un Airbus A320 easyJet à destination de Londres et un Boeing 737-800 KLM à destination de Madrid réalisaient un pushback tôt le matin, lorsqu’il se sont littéralement rentrés dedans. D’après le Guardian, les deux avions ont été remplacés. Les passagers KLM sont partis avec 2,5 heures de retard.

Juste après la collision, un contrôleur aérien a expliqué qu’ils pensaient que l’un des avions était garé ailleurs, sinon ils n’auraient pas donné l’autorisation pour deux pushbacks simultanés.

En février 2019, l’un des 747 de la compagnie, PH-BFV, a lui aussi été impliqué dans un incident de pushback. L’avion était remorqué depuis sa porte d’embarquement, lorsqu’un Boeing 787, également opéré par KLM, se déplaçait au sol. Le winglet du jumbo-jet est entré en contact avec le stabilisateur arrière du 787, ce qui a causé des dommages considérables aux deux avions.

Publicités

Avez-vous déjà vécu un incident de pushback ? Selon vous, qui est en tort, le contrôleur aérien ou le conducteur ? Donnez-nous votre avis dans les commentaires.

Publicités
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tu pourrais aussi aimer